Le solfège, rebaptisé « formation musicale » dans les conservatoires, fait souvent peur aux musiciens en herbe. Les méthodes pédagogiques ont cependant beaucoup évolué, justement pour chercher à rendre ce passage quasi incontournable plus attrayant. Alors durant une heure de cours, comment se répartissent les temps d’apprentissage du solfège et de la pratique instrumentale ?

L’importance du solfège dans l’apprentissage d’un instrument

À l’origine, l’apprentissage du solfège était dissocié de la pratique : la théorie était enseignée à part. Depuis, les pédagogies de la musique ont bien évolué. On citera par exemple des pédagogies dites « méthodes actives », comme celles d’Orff-Schulwerk, Jaques-Dalcroze, Kodály, Marie Jaëll, Willems… qui intègrent le solfège dans un enseignement global de la musique, notamment avec des exercices corporels et/ou sensoriels.

La théorie musicale est un outil indispensable pour savoir lire une partition, écrire de la musique, connaître les différentes clés et notations, mais aussi interpréter. Certains instruments peuvent s’appréhender, au début en tout cas, sans solfège, à l’image de la guitare grâce aux tablatures. Cependant, si l’on veut acquérir une bonne maitrise de son instrument, ainsi qu’une compréhension globale de la musique, il sera indispensable — à un moment ou à un autre — d’apprendre le solfège.

Le solfège dans une heure de cours

 La méthode et le déroulement d’un cours dépendront du professeur. Certains préfèrent toujours inculquer le solfège avant de pratiquer l’instrument. Néanmoins, dans toute heure de cours, il semble important de consacrer un temps précis au solfège, qui pourra varier en fonction des attentes de l’enseignant comme de l’élève.

Une pratique courte, mais régulière, est préférable. C’est pourquoi il est souvent pertinent de débuter le cours de musique par dix ou quinze minutes de solfège, pour réviser cette portion plus scolaire de la musique, et ensuite se faire plaisir avec son instrument. Pas d’inquiétude, la partie instrumentale sera toujours plus conséquente.

Un cours de musique type peut se dérouler en quatre temps : formation musicale, puis « échauffement » avec gammes, arpèges, respiration, etc., en fonction de l’instrument ; contrôle des exercices qui étaient demandés, et enfin pratique instrumentale d’un morceau ou travail du répertoire du musicien.

En conclusion, le professeur aura à cœur de s’adapter et de mettre la formation musicale au service de l’élève, et non l’inverse.